« Je suis Stéphane GILLI, Président du Groupe CAP SUD. Depuis 2006 mon entreprise est spécialisée dans la gestion et la maintenance de centrale photovoltaïque. Fort de mon expérience, je vous propose de vous présenter ma version du monde sinueux et parfois scabreux de la transition énergétique et du solaire photovoltaïque. Vous comprendrez peu à peu tous les enjeux du grand bouleversement qui s’annonce et qui sont et seront les véritables gagnants de la grande vague verte. Sans concession et sans langue de bois, un nouvel épisode de cette chronique paraitra chaque mois. Je vous invite à réagir et à commenter mes diffusions. »

Épisode 7 : "Conséquences"

Nous l’avons vu le réchauffement climatique, et notamment l’effet boule de neige et les différentes réactions en chaîne du réchauffement, vont entraîner de profonds changements dans nos habitudes et dans nos relations humaines .

Pour n’en citer que quelques exemples :

Des villes comme Dubaï et Téhéran deviendront totalement invivables avec des pics de températures dépassant les 70°. Le Nil n’atteindra plus la mer, la température des océans sonnera les glas des coraux de surface entraînant avec eux la disparition de nombreuses autres espèces et l’effondrement de ressources protéiniques.
L’humain, sera (bonne nouvelle) plus bronzé et n’aura même plus besoin de solarium. Mais il vivra de façon plus concentrée sur les parties habitables restantes.

 

La France, qui n’est pas une île, devra traiter des problèmes d’immigration bien plus sérieux que ce que nous vivons actuellement avec les syriens ; qui sont en réalité eux aussi des réfugiés climatiques…Je m’explique.

Le printemps arabe qui débuta fin 2010 et qui embrasât plus d’une quinzaine de pays du Maghreb et du Moyen-Orient (notamment la Syrie), fut initialement déclenché par des mouvements de protestation concernant l’augmentation violente du coût des céréales.
Le marché des céréales dans ces pays est principalement alimenté par la Russie. Les mauvaises récoltes de 2009 et 2010, provoquées par le manque de précipitations, ne permirent aux russes d’exporter qu’une petite partie de leur production.  La principale partie étant destinée au marché interne.
Mécaniquement les prix augmentèrent et cette denrée de subsistance, qui est la pâte à pain sous toutes ces formes, devint inaccessible pour les modestes revenus de ces pays pauvres.
Rien n’est plus motivant que la faim pour entreprendre une révolution. La nôtre, n’échappe pas à cette règle. La révolution Française de 1789 subvient après deux années de mauvaises récoltes et de diètes. Que demandaient les français sous les fenêtres du Roi au début des protestations : du pain.


Ce n’est pas parce que les médias n’en parlent pas que c’est faux. Ce n’est pas non plus vrai s’ils en parlent. Mais les problèmes d’immigration climatique vont bouleverser profondément notre paysage. Des vagues ininterrompues de réfugiés vont envahir pacifiquement ou pas, l’Europe et la France.
Nous devrons modifier nos lois, notre vision de la société, accepter ou combattre l’inexorable.

A moins que, comme à son habitude, la nature ne s’en charge pour nous. C’est par exemple le cas pour les animaux élevés en batterie notamment, qui même alimentés par un menu composé d’antibiotique et d’hormone, trouvent le moyen de périr d’épidémie (puce du saumon, grippe aviaire, etc.…).

La nature a horreur du vide, elle n’accepte pas non plus la surpopulation.