Épisode 10 autoconsommation

« Je suis Stéphane GILLI, Président du Groupe CAP SUD. Depuis 2006 mon entreprise est spécialisée dans la gestion et la maintenance de centrale photovoltaïque. Fort de mon expérience, je vous propose de vous présenter ma version du monde sinueux et parfois scabreux de la transition énergétique et du solaire photovoltaïque. Vous comprendrez peu à peu tous les enjeux du grand bouleversement qui s’annonce et qui sont et seront les véritables gagnants de la grande vague verte. Sans concession et sans langue de bois, un nouvel épisode de cette chronique paraitra chaque mois. Je vous invite à réagir et à commenter mes diffusions. »

Épisode 10 : "Autoconsommation"

88% des Français sont favorables à l’autoconsommation énergétique. Mais seulement 47% d’entre eux sont prêt à investir pour pouvoir posséder un système.
Peut-on donc présumer que, financé par les économies réalisées, 88% des Français seraient prêt à s’équiper ? Si c’était le cas, le marché serait pour nous installateurs, phénoménal, supérieur au marché actuelconnecté au réseau.

Allons plus loin dans l’analyse du marché. Les principales motivations de 47% de Français prêt à investir sont dans l’ordre :

  1. 40% afin de maitriser leurs dépenses énergétiques.
  2. 24% afin d’agir contre le réchauffement climatique.
  3. 20% afin d’éviter les hausses tarifaires.
  4. 10% Afin d’apporter de la plus-value à son logement.

Lors des deux dernières grandes expositions commerciales consacrées à l’énergie, la plupart des stands photovoltaïques étaient occupés par les plus grands constructeurs, rivalisant de kits complets avec système de stockage Plug & Play des plus convaincants. Je suis persuadé que le salon de Munich sera de la même veine.

J’ai bien peur que cela ne soit ni adapté à la réalité économique, ni adapté à la volonté des Français.
Les français veulent de la maitrise énergétique et des économies. Ces systèmes ne permettent, pour l’instant, ni l’un ni l’autre. Ce n’est pas la première fois que nous vendrons, achèterons de l’inutile. Nos placards en débordent. Mais tout de même, une réflexion de fond et quelques additions s’imposent car là, il ne s’agit plus d’une paire de chaussure à 80 €, mais d’un équipement de base (3 kWc de panneaux, 3 kW de stockage) d’une valeur de plus de 15 000 €.

Un simple tableau Excel va nous permettre de calculer le retour sur investissement : Pour un 3 kWc, le système n’est pas autofinancé, les coûts d’entretien sont plus élevés, les gains au bout de 20 ans sont modestes .

J’ai bien étudié le modèle d’un point de vue économique, aidé de Thibault GOUTAREL - Directeur export - qui en a fait sa thèse professionnelle, et avons validé le seul équipement rentable à ce jour :
C’est l’autoconsommation sans stockage , bénéficiant d’un contrat où tous les coûts sont inclus et comprenant un système de gestion énergétique. Il faut aussi que le profil du consommateur soit adapté.

Tout le monde ne pourra pas faire d’économie. Il sera plus difficile de trouver le même rendement dans une usine qui fait les 3X8 à Rennes que dans des bureaux à Avignon.


Mes conseils sont les suivants :

Une installation autonome, c’est du sur-mesure. Celle-ci doit être contrôlée par un système des plus performant.
Attendons que le prix des batteries baisse pour s’en équiper.
Effectuez un business plan avant de vous engager.
Faites appel à CAP SUD.


>>> Pour plus d’information sur le marché de l’autoconsommation, consultez notre article : Les Français et l'autoconsommation photovoltaïque.


Et pour tout savoir sur l’autoconsommation consultez notre dossier spécial en 3 volets :
>>> Autoconsommation, une clarification s'impose

>>> Autoconsommation, une règlementation mouvementée
>>> Autoconsommation, est-ce rentable aujourd'hui ?