Appel d'offres "autoconsommation"


Les choses bougent sur le marché de l’autoconsommation. Le ministrère de l’environnement, de l’énergie et de la mer a enfin lancé l’appel d’offres « autoconsommation » d’énergies renouvelables. La Commission de Régulation de l’Énergie a publié le cahier des charges, Cap Sud vous en fait une synthèse.











Ce que dit le texte officiel sur l’appel d’offres « autoconsommation »

Cet appel d’offres est ouvert aux consommateurs des secteurs industriels, tertiaires et agricoles. Il porte sur des projets dont la puissance est comprise entre 100 et 500 kW pour une puissance totale de 40 MW. Un lot de 10 MW est réservé à la Corse et l’outre-mer.

Pour être éligibles, les installations doivent respecter 3 critères principaux.        
Elles doivent atteindre un taux d’autoconsommation minimum de 51%. « Le producteur doit consommer lui-même tout ou partie de l’électricité produite, ou vendre tout ou partie de l’électricité produite à un ou plusieurs clients sur site. » . Elles doivent également être équipées d’un dispositif de comptage des quantités produites, des quantités autoconsommées et des quantités injectées pour transmettre annuellement c’est données à l’Ademe.
Autres points importants mais spécifiques aux installations photovoltaïques , seules celles implantées sur bâtiments ou ombrières et dont l’évaluation carbone simplifiée est inférieure à 750 kgCO2/kWc sont éligibles.

L’installation en autoconsommation d’énergies renouvelables, qu’elle soit d’origine photovoltaïque, éolienne, ou encore hydraulique, sera récompensée d’une « prime d’autant plus élevée que la part d’électricité autoconsommée sera importante et que la conception de l’installation permettra une bonne intégration au réseau électrique. »

Chaque projet sera noté sur 100 points, avec comme unique critère le prix dans une limite de 130€/MWh.
Les projets retenus (entre 100 et 400) ont un délai de 30 mois à compter de la date de désignation pour achever leurs installations en autoconsommation. Les installations de production hydraulique bénéficient de 18 mois supplémentaires.

« Cet appel d’offres permettra d’expérimenter de nouveaux modes de production et de consommation locale dans divers types de configuration : immeubles de bureaux, petite industrie, centres commerciaux avec plusieurs utilisateurs de l’électricité produite etc.  » précise le ministère dans son communiqué.